jeudi 28 septembre 2017

a matter of colour - une histoire de couleur

Je veux me teindre les cheveux mais ne peux pas car je suis en recherche d'emploi et ça me rend malheureuse. Vous voyez, je n'aime que les couleurs non naturelles. Quand je pouvais me le permettre, j'ai eu les cheveux magenta, magenta avec des pointes noires comme des queues d'hermine (pour me moquer de la mode des mèches rouges chez les brunes), j'ai eu des mèches émeraude un cours temps, j'ai eu les cheveux roses derrière avec les mèches encadrant le visage violettes. Ce n'est pas un caprice. Je ne me sens moi qu'avec ces couleurs. Je ne me reconnais pas dans le miroir, je sais juste intellectuellement que c'est moi; en photo, encore moins sauf si je reconnais mes vêtements. Ces couleurs sont donc une façon de me réapproprier mon apparence.

I want to dye my hair but I can't because I'm job searching, and it makes me sad. You see, I only like unnatural colours. When I could get away with it, I had magenta hair, magenta with black strands like hermine tails (to mock the trend for brunettes to have red highlights, which I felt unadventurous), I had émerald strands for a short time, and I had violent pink with purple around the face. It's not a whim. I feel myself only with those colours. I can't recognize myself in the mirror; I only know it's me intellectually. I recognize myself even less in pictures, unless I recognize my clothes. So these hairdyes are a way of reapproprieting myself.

Parlons d'autre chose. J'ai fait ma rentrée de chant. Au lieu d'une demi heure toutes les semaines ce sera une heure tous les quinze jours; j'espère que je tiendrai le coup. Aussi, le cours est aussi beaucoup plus axé sur le corporel.

Let's talk about something else. I went back to voice lessons with my new teacher. Instead of 30 minutes every week I will attend one hour every other week. I hope I will ba able to cope with the change of pace; one hour, it's long. The lesson focuses a lot on the body now.

Mon mojo tricot et crochet semble réapparaître un petit peu,, mais à moitié. J'ai fait un pull entier au tricot, mais il est si moche que je ne veux pas le montrer; c'était ma première fois avec des manches méthode contiguous. Là je crochète un shrug avec les pelotes qui me restent.

My mojo for crochet and knitting seems to come back, but only partially; I did complete a knit pullover, but it's so ugly I won't post its photo; it was my first time with contiguous sleeves and I wanted it so much to be beautiful. Right now I'm crocheting a shrug with the skeins I have left.

jeudi 15 juin 2017

Retirement - Retraite

En septembre, mon psychiatre prenait sa retraite et je ne m'en suis toujours pas remise. Ce juillet, c'est le tour de ma prof de chant; j'avais commencé le chant il y a quatre ans parce que mon prof de flûte prenait sa retraite et je ne me voyais pas continuer avec quelqu'un d'autre, et là c'est la même chose, je ne me vois pas continuer avec quelqu'un d'autre. D'autant plus qu'elle était au courant pour mes difficultés et mes médocs et avait aménagé mon cours : je chantais assise pour éviter de tomber dans les pommes et on se focalisait sur le plaisir de chanter plus que la technique qui me donnait littéralement envie de vomir. Et elle est très patiente avec mes sautes de mémoire dues aux médocs. Je ne suis pas sûre que sa remplaçante sera aussi patiente. Donc je pense arrêter le chant et faire des activités au CMP à la place, et ça me reviendra moins cher.
Tout ça pour dire que tout le monde prend sa retraite, et j'ai beau me dire que c'est mérité, je me sens abandonnée; ma plus grande peur c'est que ma généraliste suive la tendance, vu qu'il y a pénurie de médecins dans la région (à trente km de Paris, c'est fou, mais vrai; mes parents cherchent un nouveau médecin traitant et n'arrivent pas à trouver)

Tout ça pour dire que je fais un choker à ma prof, en coton noir, avec une rose en crochet irlandais sur un collier en filet.


In september, my psychiatrist retired; I'm still not over it. This july, it's my voice teacher's turn; I started singing four years ago because my flute teacher retired and I didn't see myself going on with someone else, and now, it's the same situation, I don't see me singing with someone else. She was aware of my difficulties and medications and did accomodations to my sessions : I sing while sitting because standing up makes me faint and we focus on the pleasure of singing and the repertoire rather than technique, which makes me gag. And she's very patient with my memory lapses due to the medication. I can't be sure the new teacher will be as patient. So I think I'll stop taking voice lessons and do activities at the free mental health dispensary instead, and it will be better for my budget.
All this to state everybody retires, and I know it's well deserved, I still feel left alone. My biggest fear is that my GP follows the trend. There is a drought of doctors in the region. We're only 30km from Paris, so this is madness, but it's true; my parents arre currently searching for a new referee GP and can't find one.

All this to say I'm crocheting a choker for my teacher, in black cotton, with an irish rose on a filet crochet base.

mercredi 1 février 2017

Easy FO - Ouvrage facile

un petit panier pour mes lingettes à lunettes.

a little basket for my glasses' wipes :


vendredi 13 janvier 2017

First FO of the year! - premier ouvrage de l'année!

On ne peut pas dire que je sois en avance. Voici le cadeau de Noël aux membres d'un club d'arts du fil auquel j'appartiens.
Je ne peux pas les offrir avant février de toutes façons. Il y a eu les semaines des repas de Noël et de la galette des rois que j'évite car j'ai du mal avec l'excitation ces jours là; aujourd'hui je ne pouvais pas y aller car vendredi 13 et la semaine prochaine il y aura sûrement du verglas.

I'm fashionably late. This is the Christmas gift for the members of a fiber arts club I belong to. I can't gift them before february anyway. There were weeks where they had the feasts for Christmas, and then Epiphany, and I don't attend those because the excitation on these days triggers my anxiety; today I can't because it's friday the 13; and next week they forcast ice storms.







Je n'y vais pas souvent de toutes façons; la plupart du temps je suis juste trop angoissée et fatiguée pour y aller.

I don't go very often, anyway; most of the times I feel too anxious and tired to go out of the house.

jeudi 15 décembre 2016

Generalized anxiety - Anxiété généralisée

Il y a des jours où je préfèrerais avoir des attaques de panique, si ça voulait dire que je serais tranquille entre (bien sûr, je dis ça en ne connaissant pas les crises d'angoisse; si c'était le cas je ne dirais sans doute pas ça); mon anxiété a moi est plus diffuse, mais toujours haute, même si pas au niveau d'une crise d'angoisse. Elle se nourrit de tout et n'importe quoi, tout lui est prétexte. Tous les midis il y a l'épreuve d'aller chercher le courrier, par exemple. Il y aura certainement une mauvaise nouvelle, un décès peut-être. Je dois prendre un lexomil avant d'aller le chercher. Il y a la paperasse, sûrement je vais me planter en la remplissant. Il y a sortir de la maison, ce qui fait que généralement  je ne sors que pour les courses et ma leçon de chant (le même jour, avoir à sortir pour les courses me motive pour le chant). Même dans mes plaisirs, cette vicieuse peut se cacher. Je suis fan de Tu mourras moins bête sur Arte, mais leur gimmick de "vous mourrez moins bête, mais vous mourrez quand même" me fait immédiatement penser au départ de mes proches. Plutôt que des pics d'anxiété, j'ai cette rengaine qui me suit dans tous mes pas. Le plus dur, c'est les commentaires "tu penses trop, c'est dans ta tête", même par mes parents qui devraient se rendre compte que je ne peux pas faire autrement.
Pour contrer ces anxiété usante, je développe des rituels : si je vois une pie, je suis protégée, si je place les interrupteurs d'une certaine façon, si je fais 30 minutes de tricot, si je fais trinquer les cafés que je viens de verser...la forme même de mes fluides corporel est un présage, et ce tout au long de ma journée, tout est prétexte à analyser, à essayer de me rassurer. Quand je voyais encore un psy digne de ce nom, il me disait que c'était une bonne façon de contrer l'anxiété, sauf si ça devenait une contrainte; or c'est en train de le devenir; car il s'est fait une évolution : maintenant, si je ne vois pas la pie, si j'oublie l'interrupteur, c'est à coup sûr dans mon esprit porteur de mauvais présage. Pire, ça me vole mes anciens plaisirs, ayant transformé le tricot en corvée obligatoire.

There are days where I'd prefer it if I had panic attacks, if it meant that it would be peace and quiet between them (of course, I'm saying this not having the experience of panic attacks; if I had, I might prefer my situation); my personal anxiety is more diffused, but high every day, even if it's not as high a level as an anxiety attack. It feeds on anything and everything is a pretext for anxiety. Every noon, there is the post I must check, as for an exemple. Surely bad news, a death even. I must take bromazepam before opening the letterbox. There is paperwork, surely I will fill it wrong, and there will be problems. There is going out of the house, which as a result has me generally only going out for grocery shopping and singing lessons (I do it the same day, as having to go out for groceries motivate me for going to the Conservatoire); this vicious feeling can even hide in my pleasures. I'm very fond of the show "Tu mourras moins bête" but they always end with "you'll die a little smarter, but you'll die anyway", which makes me thing of my family memebers' departure. My anxiety doesn't have peaks, but it is nagging. The hardest part is the comments : "you think too much, it's all in your head", even uttered by my parents who should know better.
To fight this ever nagging anxiety, I have developped rituals : if I see a magpie, it's a good omen, if I switch the light switches so, if I knit for 30 minutes, if I make a toast with the coffee cups...even my bodily fluids are omens, and it's like that all day long, everything is a pretext for analyze to try to reassure myself. When I still saw a worthwhile psych, he said it was a good way to evacuate anxiety, as long as it didn't become a chore. And it is, now. For there has been an evolution : if I don't see a magpie, if I forget the light switch, it is a sure bad omen. Worse, it robbed me of my pleasure, as I do my mandatory 30 minutes knitting.

La thérapie me manque; je suis passée d'un cmp où j'étais suivie hebdomadairement à un cmp overbooké où j'ai droit à 10 minutes tous les deux mois.


I miss therapy. I went from a dispensary where I got weekly care to an overbooked dispensary where I am seen 10 minutes every two months.

samedi 22 octobre 2016

Where I get cultured - Où je deviens cultivée

Rien de nouveau dans ma vie, si ce n'est que j'ai recommencé à postuler à des offres d'emploi. Je voulais juste parler d'une initiative formidable : l'opéra, le théâtre et le ballet au cinéma. Dans les cinémas Gaumont sont périodiquement retransmis pendant la saison d'hiver des captations du Metropolitan Opera, du Bolshoï et de la Comédie Française. La saison a commencé en Octobre, j'ai déjà vu Tristan et Isolde pour l'opéra, Roméo et Juliette pour le théâtre, et l'Âge d'Or pour la danse. Et demain je vais écouter Don Giovanni :) 
Les places coûtent cher (24€ pour la danse, 34€ je crois pour l'opéra) mais voilà le bon plan : si vous avez un abonnement carte Pass, c'est compris dedans.
Vous pouvez en savoir plus sur http://www.pathelive.com/ et commander les places sur http://www.cinemasgaumontpathe.com/ ; il faut savoir que mieux vaut réserver bien en avance, les projections se faisant dans des petites salles vite complètes.


Nothing new in my life, except the fact I started to search again for a job. I just wanted to write about an amazing initiative : opera, ballet and theatre at the cinema. In France, it's in Gaumont theaters but there are projections worldwide. During the winter season they show captations of the Metropolitan Opera, of the Bolshoi and the Comédie Française (I think this one is France-specific). The season started this October, so far I've seen Tristan and Isolde for the opera, Romeo and Juliette for the theater and the Golden Age for ballet. And tomorrow I'm going to see Don Giovanni :)
Tickets are expensive, but over here if you have a cinema pass card they are included, so it may be worthwhile to check with your local theater. Company name of the events is Pathé Live, but I can't link because the site is regionalised. One thing that is important to know is that it's better buying tickets early, as they are quickly sold out.


Cela me fait du bien, car cela me fait sortir, autrement je ne sors que pour les cours de chant et les rendez-vous psy. Mais même si j'ai envie d'y aller, je sais que demain ce sera la torture et l'angoisse pour me décider à y aller. Après, j'en serai heureuse, mais avant...brrrr....


It's good for me because it makes me go out of the house, otherwise I only go out for my singing classes and my appointments with the psych. But even if I want to go, I know that tomorrow it will be torture and anxiety in order to decide to actually go. After the fact I know I will be happy to have gone, but before...brrrr...

mardi 20 septembre 2016

Big Crocheted Sweater of Doom - le Pull en Crochet de la Mort qui Tue

Inspiré de ce Deviantart.

Inspired by this Deviantart.



J'ai rêvé de ce pull depuis 2014...mais je ne le voyais pas comme ça; j'ai commencé au tricot puis envoyé tout valser pour recommencer au crochet. Mais là...subit manque de mojo; je me suis forcée à y travailler un minimum de 15 minutes par jour. J'y ai passé des mois. J'ai un genre de pensée magique : si je fais 15 minutes de crochet ou tricot par jour, je suis protégée pour le lendemain. Ce qui fait que je me force, même quand ça me rend malheureuse. 
Mais voilà, il est terminé. Je le recommencerai au tricot quand mon mojo sera revenu. Mais là j'ai deux projets qui me titillent : un pull inspiré de celui de Ginny dans Harry Potter and the Cursed Child, ou un pull inspiré de la robe de Julia Palombe chez Ardisson samedi dernier.

I have been dreaming of this sweater since 2014...but I didn't imagine it like that; I started with knitting but I frogged it all and restarted with crochet. But then I suffered a lack of mojo; I forced myself to work on it at least 15 minutes a day. It lasted for months. I have this kind of magical thinking : if I crochet or knit for 15 minutes, I'm protected during the next day. So I force myself, even when it makes me profundly unhappy.
But here it is, all finished. I'll do it again with knitting when my mojo comes back. But for now I have two titillating projects : a sweater that's inspired by the one worn by Ginny in Harry Potter and the Cursed Child, and another that's inspired by a dress I saw on tv last saturday.